• École à la maison

L'école à la maison

IEF

ief

Commençons par rappeler que l’IEF est un mode d’instruction tout à fait pertinent et parfaitement légal .

 

Qu’est-ce que l’IEF ?

C’est la possibilité d’instruire son enfant en famille. On peut s’appuyer ou non sur un cours par correspondance (Cours Sébal, CNED, etc…).

C’est respecter la législation qui rend l’instruction obligatoire de 3 à 16 ans.

Concrètement, ces sont les parents (ou un autre adulte: grand-parent, répétiteur) qui font cours à la maison. L’enfant progresse à son rythme, conformément aux attendus nationaux et en fonction de ses possibilités.

un parent montre à son enfant quelque chose ou la direction à suivre

Est-ce bien légal ?

Oui, c’est tout-à-fait légal et cela le restera.

Le principe de la liberté du mode d’instruction choisi pour son enfant est inscrit dans la Constitution européenne des droits de l’homme.

La législation en vigueur existe depuis plus de cent ans. Même si elle venait à changer, le principe ne pourrait être remis en cause. Seules changeraient les modalités encadrant ce choix éducatif : régime soumis à autorisation préalable et non plus seulement à déclaration préalable.

 

Quels avantages ou bénéfices peut-on en espérer ?

L’IEF permet beaucoup de libertés.

 

  • La liberté des horaires hebdomadaires et du calendrier scolaire : on peut faire sa rentrée par exemple au 1er octobre et choisir ou non de s’aligner sur les vacances scolaires.

 

  • La liberté pédagogique. Dans les textes, les enseignants du public et du privé sous contrat disposent d’une certaine liberté pédagogique. Dans les faits, ils sont priés de se conformer au maximum aux nouvelles pratiques recommandées. En IEF, vous choisissez si vous voulez apprendre à lire à votre enfant en syllabique ou en méthode globale, par exemple. Vous choisirez en fonction de ce qui vous paraît le plus pertinent par rapport à ce que vous savez de votre enfant. Si vous souhaitez pratiquer une pédagogie de type « Montessori » mais que vous n’avez pas d’école à proximité de votre domicile (ou pas accessibles financièrement), vous pourrez lire les écrits de Maria Montessori, vous les approprier et les appliquer. Beaucoup de pédagogies différentes sont à votre portée. Aux Cours Sebal, nous en avons essayé plusieurs et nous avons fini par nous positionner. Nous avons retenu de chaque méthode ce qui nous paraissait le plus efficace en classe comme avec nos enfants en IEF. Nous adoptons donc un mélange de pédagogies dont nous avons retenu, selon nous, le meilleur.

matériel pédagogique CE2 avec les Cours Sebal

  • La possibilité de dégager pour l’enfant beaucoup de temps. Il peut ainsi pratiquer plusieurs activités extra-scolaires (ou une seule de manière intensive). Votre enfant peut aussi apprendre par visioconférence des langues peu étudiées. Il peut participer à des projets de correspondance (avec les élèves des Cours Sebal, par exemple), créer, bricoler… Et lire, beaucoup lire ! Et jouer, beaucoup jouer ! Et rêver, beaucoup rêver ! De nos jours, et depuis plusieurs années, ce n’est plus un niveau d’étude qui garantit un emploi. Combien de jeunes diplômés connaissez-vous qui, malgré leurs brillantes études et leurs diplômes, ne trouvent pas de travail ? Un esprit différent, une formation différente, une singularité sont des atouts précieux actuellement sur le marché du travail. Ce sont aussi des garanties que l’enfant trouvera plus certainement sa voie et non pas seulement un emploi.

un enfant juché sur une pile de livres est en train de lire, à la lumière du clair de lune et des étoiles

Un mode d’instruction tout à fait pertinent

 

Choisir l’IEF est aussi une manière de traiter soi-même efficacement un problème que l’on a détecté chez son enfant. Ou de les prévenir, quand on les voit surgir à l’horizon (enfants précoces, par exemple).

 

Un enfant dyslexique, par exemple, a plus de chances de bien réussir son année scolaire à la maison, et avec moins de déperdition d’énergie. Vous choisissez pour lui des supports adaptés (il y en a encore peu mais il y en a, nos cours y travaillent activement). Vous lui permettez de répondre à l’oral. Vous l’aider à comprendre le sens en lui lisant le cours ou en lui fournissant des cours en supports audios  de façon à ce qu’il s’approprie les connaissances et les concepts sans passer obligatoirement par un décodage laborieux. Sans l’exposer non plus à une dose journalière d’écran largement en-dessus des recommandations médicales !

Choisir l’IEF pour un an ou deux, quand il y a eu un événement traumatique (harcèlement ou échec scolaire), c’est offrir à l’enfant une pause bienvenue. Une pause non pas dans ses apprentissages mais dans la quantité de souffrances à supporter quotidiennement : l’ennui à l’école, les manifestations de harcèlement, les échecs à répétition malgré les efforts de l’enfant, de sa famille, des enseignants… Rétablir une certaine sérénité, la confiance en soi et en les autres, rétablir des succès, des progrès réguliers : le choix du mode d’instruction est primordial pour atteindre ces objectifs ! L’IEF, pourquoi pas ?

 

Des changements à venir dans la législation ?

 

En ce moment, dans le cadre du projet de loi confortant les principes républicains, nos élus (députés et sénateurs) sont en train de débattre sur la pertinence de retoquer la législation en vigueur. L’IEF est actuellement une pratique légale et contrôlée : 2 contrôles sont prévus (par le maire et par un Inspecteur de l’Education nationale). Il est extrêmement rare que dans le cadre de ces contrôles, on constate une défaillance grave de la part des parents qui ont fait le choix de l’IEF (école à la maison). Bien au contraire : les contrôles montrent le sérieux des parents qui font ce choix d’instruction, en s’appuyant ou non (suivant leur niveau d’étude et leurs aptitudes pédagogiques) sur des cours par correspondance comme le nôtre. Les progrès et les acquis constatés chez les enfants instruits en IEF sont soulignés dans les rapports d’inspection.

La proposition de changer la législation en vigueur concernant l’IEF a reçu par 2 fois un avis défavorable émanant du Conseil d’Etat. Les Sénateurs se sont également clairement positionnés contre. Nous attendons donc la fin des débats pour savoir quel sera le texte définitif de ce projet de loi. Nous saurons à ce moment-là si la législation change. Si c’est le cas, il faudra encore attendre le décret d’application pour connaître les modalités à respecter pour pouvoir instruire son enfant à la maison. Mais il est clair que cela sera toujours permis, même si la volonté de la majorité présidentielle souhaite restreindre cette possibilité en limitant les conditions admises pour pouvoir pratiquer l’IEF. Nous continuerons à suivre ce dossier de très près, avec les nombreuses associations de défense et de promotion de l’IEF (LAIA, CISE, LED’A). Et naturellement, nous vous accompagnerons pour veiller à être bien en règle d’un point de vue légal.

 

un parent aide son enfant à faire du vélo tout seul. Il reste à proximité mais il a lâché la selle.